Asperger, Je ne suis pas..., Parcours diagnostic

Je ne suis pas dupe de l’effet Barnum

Le plus sûr moyen de débroussailler la piste du syndrome d’Asperger, c’est de se frotter à quelques tests en ligne. Je l’ai déjà souligné, ces tests n’ont pas valeur de diagnostic, mais ils donnent pour certains des indications fiables sur des caractéristiques qui vont (ou non) pouvoir étayer un diagnostic. Disons que si vous obtenez des scores élevés à ces tests, il peut être judicieux d’entamer une démarche diagnostique, et que si vous obtenez des scores extrêmement faibles, vous vous êtes a priori trompé de syndrome. ;)

Je me reconnaissais dans les caractéristiques, les témoignages, les anecdotes, mais j’avais envie de savoir si je n’étais pas en train de m’accrocher à du vent.

J’ai donc fait ce test : raads

Mis au point par une psychiatre suédoise à partir d’un test américain, il se compose de 14 questions qui ont pour objet de faire apparaître les traits saillants du SA. On obtient une note sur 42 (plus la note est élevée, plus on colle avec le SA). Le test mesure 3 caractéristiques : les difficultés de mentalisation (ou représentation), anxiété sociale et hypersensibilité sensorielle.

Voici mes résultats : 

Vous avez obtenu un score de 36 sur une possibilité de 42.

Dans l’étude de validation du test, 135 adultes d’intelligence normale ayant déjà reçu un diagnostic d’autisme ou de syndrome d’Asperger ont obtenu une médiane de 32 (la médiane est un concept qui se rapproche de celui de moyenne (1)).

Les participants qui avaient reçu un diagnostic de trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ont obtenu une médiane de 15; ceux qui avaient d’autres diagnostics psychiatriques (2), une médiane de 11; et ceux qui n’avaient aucun diagnostic en santé mentale, une médiane de 3.

Un score de 14 ou plus identifiait 97% des participants ayant un diagnostic de trouble autistique et excluait correctement 95% des personnes qui n’ont aucun diagnostic psychiatrique (5% étaient ainsi identifiées à tort comme atteintes du syndrome d’Asperger); il excluait correctement 46% des personnes atteintes du TDAH et 64% de celles ayant d’autres diagnostics psychiatriques (mais soulignent les auteurs, il est possible que certaines de ces personnes aient eu effectivement un syndrome d’Asperger non diagnostiqué).

Vous avez obtenu les résultats suivants pour les 3 caractéristiques mesurées par le test (revoyez vos réponses pour chacune de ces composantes dans le tableau plus bas):

  • Difficulté de mentalisation : 19 sur une possibilité de 21.
  • Anxiété sociale : 8 sur une possibilité de 12.
  • Hypersensibilité sensorielle : 9 sur une possibilité de 9.

Les 5 premières questions du test sont suffisantes, indiquent les auteurs, pour indiquer clairement si un trouble du spectre autistique peut être suspecté : vous avez obtenu un score de 15 sur une possibilité de 15 aux 5 premières questions.

Dans l’étude de validation, un score de 4 ou plus identifiait 93% des participants ayant un diagnostic de trouble autistique alors qu’un score de moins de 4 excluait correctement 45% à 49% des participants du groupe ayant d’autres diagnostiques psychiatriques.

 

Puis, histoire d’être sûre que c’était fiable, un second test : quotients

Il s’agit en fait de 4 tests, rassemblés par un internaute, qui portent sur le quotient autistique (AQ), le quotient empathique (EQ), le quotient amitié et relation (FQ) et le quotient méthodique révisé (SQ-R). Chaque test se présente sous forme d’un tableau avec des cases à cocher, et une case « calculez votre score ». Vous remarquerez sur la page d’accueil que l’on donne plusieurs scores pour chaque test : le score des hommes normaux, le score des femmes normales, et le score des personnes Aspergers (hommes et femmes confondus).

Voici mes scores :

- pour le quotient autistique : 42 sur 50 (score typique des femmes : 11 à 23 ; score typique des hommes : 12 à 26 ; score typique des Aspergers : 31 à 45).

- pour le quotient empathique : 16 sur 80 (score typique des femmes : 37 à 59 ; score typique des hommes : 26 à 51 ; score typique des Aspergers : 9 à 33).

- pour le quotient amitié et relation : 39 sur 140 (score typique des femmes : 74 à 106 ; score typique des hommes : 55 à 86 ; score typique des Aspergers : 35 à 78).

- pour le quotient méthodique : 103 sur 150 (score typique des femmes : 25 à 70 ; score typique des hommes : 35 à 80 ; score typique des Aspergers : 50 à 120).

Là, quand même, je commençais à me dire qu’on tenait quelque chose… :p

 

Puis j’ai répondu à un troisième test, très connu dans le milieu du SA (certains groupes de discussion demandent le résultat à ce test pour valider votre inscription),  l’Aspie-Quiz.

Ce test se compose de 150 questions, qui abordent tous les aspects de la vie. A noter que les résultats sont donnés sous forme de graphique et d’un compte-rendu d’évaluation qui explicite ce qui vous place du côté Asperger ou du côté neurotypique (comprendre « non-autiste »).

J’ai obtenu les scores suivants : score Aspie = 150 sur 200 ; score neurotypique = 70 sur 200. Ce qui me classe très probablement du côté Asperger.

Pour en avoir le cœur net, et déjouer le fameux effet Barnum, j’ai demandé à mon mari de faire lui aussi le test. Outre le fait qu’il paraissait déstabilisé par des questions qui me semblaient banales, il a obtenu les scores suivants : score Aspie = 65 sur 200 ; score neurotypique = 150 sur 200, ce qui le classe irrémédiablement dans la catégorie des NT (les neurotypiques, ou non autistes, si vous préférez).

J’avoue que c’est cet élément qui m’a véritablement convaincue que ces tests pouvaient avoir une réelle valeur. Bien sûr, je ne me base pas que sur eux, mais je suis convaincue qu’ils constituent une bonne base de réflexion, et un premier pas plutôt sérieux dans la démarche de diagnostic.

paint-1280556_1920

Mots-clefs :

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Habitualinvasio47 |
Parclashofclans |
Smilesoga |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Laviedesmammiferes
| Strange's Story
| Lesconseillenasrine