Etre maman, Je suis..., Parcours diagnostic

Je suis Asperger, et maman d’Asperger

Comme je le disais ici, nous avons rencontré en 2015 une psychiatre formidable. Quand je dis « nous », je parle de mon fils (un peu moins de 7 ans à l’époque) et moi.

Nous nous sommes rencontrés longuement, à plusieurs reprises, et elle a établi pour lui comme pour moi un diagnostic de syndrome d’Asperger.

Cette annonce a été un chamboulement, la concrétisation de sensations plus ou moins tangibles, la validation de tout un cheminement. Ça a été aussi un soulagement, le fait de m’entendre dire en quelque sorte que je n’étais pas folle, ou à côté de la plaque, que j’avais vu juste, que j’avais correctement repéré les signes.

Du positif, donc, et à la fois un petit sentiment d’irréalité, d’étrangeté. J’avais vécu pendant des mois avec cette double réalité, « être Asperger » et « ne pas être Asperger », chacune ayant des implications très différentes pour ma vie. Pendant des mois, j’ai été ce qu’une amie a appelé « une Aspie de Schrödinger », en référence à cette expérience célèbre où un chat est considéré à la fois comme mort et vivant tant qu’on ne sait pas dans lequel des deux états il se trouve.

20200_962409287117683_6868592496677343206_n

« A propos de votre chat, M. Schrödinger, j’ai de bonnes nouvelles et de mauvaises nouvelles… »

Ces deux états superposés, ces deux possibilités d’être, j’ai dû les porter, les explorer, n’en laisser aucune sur le bord du chemin, histoire de rester intellectuellement honnête et de ne pas me briser si la réponse n’était pas celle que je supposais.

Mais j’ai mis du temps à pouvoir laisser de côté une de ces deux réalités, et pour tout dire, je ne suis pas certaine d’avoir complètement réussi, plus d’un an après. Je me sens toujours un peu « sur le fil », un peu illégitime parfois, j’imagine que cela prend du temps d’apprivoiser une nouvelle identité, de s’autoriser soi-même à être soi, une fois qu’une autre personne nous a donné cette permission en même temps que le diagnostic.

acrobat-634423_1920

 

Enfin voilà, la route s’ouvre devant moi, je vais prendre le temps de tout regarder avec cette « nouvelle » grille de lecture.

Autre élément d’importance : le diagnostic de notre fils. Là encore, une grande route est devant nous. Une route qui nous a déjà (depuis le diag) montré qu’elle n’était pas un parcours de santé, mais un chemin d’aventure. Je reviendrai probablement plus tard sur les rendez-vous qui ont suivi le diagnostic, mais le quotidien lui-même a changé. Nous avons désormais une clef qui nous permet de déchiffrer un peu mieux la personnalité de notre enfant, ses réactions, ses souffrances, ses particularités, ses besoins. Et ça change tout.

 

Me voici donc officiellement Asperger, et maman d’un jeune Asperger. Reste à m’approprier cette réalité, pour m’y épanouir, enfin.

germ-1525665_1920

 

 

Mots-clefs :,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Habitualinvasio47 |
Parclashofclans |
Smilesoga |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Laviedesmammiferes
| Strange's Story
| Lesconseillenasrine