Je suis..., Parcours diagnostic

Le diag, et après ? – Je suis diagnostiquée depuis 1 mois

Joyeux anniversaire à moi, j’ai reçu mon diag officiel le 17 mars.

sparkler-677774

 

Qu’est-ce qui a changé depuis ?

Pas grand chose au niveau matériel, mais pas mal de choses dans la tête et la façon de voir.

J’ai relu le bilan, et pris acte de ses constats. J’ai commencé une relecture de mon passé, à la lumière de cette information nouvelle. J’ai pris certaines mesures pour me faciliter la vie au quotidien.

Soyons honnêtes : j’ai entrepris ces changements et ces réflexions depuis un moment, je n’ai pas attendu le diag officiel. A vrai dire, depuis que j’ai de sérieux doutes et quelques éléments de confirmation (la rencontre de certains professionnels qui n’ont pas classé mes doutes dans la case « nul et non avenu », les échanges avec des Aspies diagnostiqués qui m’ont renvoyé un reflet de moi-même assez bouleversant, les lectures et tests en ligne qui m’ont confortée dans ma démarche), j’ai entamé l’introspection et j’ai commencé à regarder le quotidien et mon histoire sous un angle nouveau.

Ce qui a réellement changé, c’est le sentiment de légitimité.

Je peux aujourd’hui dire « nous », ou « je » quand je parle des autistes et/ou des Asperger, sans me sentir abuser. Je peux m’autoriser à me reconnaître autiste sans usurpation, alors que je me sentais jusque là clandestine.

Concrètement, j’ai « fêté » mon diag tout neuf en me rendant au Salon international de l’autisme (j’y reviendrai). Ça a été l’occasion de belles rencontres.

J’ai repris avec enthousiasme l’écriture d’un livre qui me tient à cœur, dont le point central est l’autisme (j’attends d’avoir progressé un peu pour en parler plus librement ;) ).

J’ai aussi la légitimité aujourd’hui pour informer, « militer » à ma façon, témoigner sans me cacher derrière un point d’interrogation.

Beaucoup de projets fourmillent, de nouvelles routes s’ouvrent et de nouveaux visages apparaissent.

Ce qui a changé, c’est de pouvoir construire sur du solide, sur la personne que je suis réellement.

Et ça, c’est infiniment précieux.

 

***

Dernier point, et non des moindres : je ressens de façon encore plus aiguë la douleur de ceux qui n’ont pas accès à un diagnostic digne de ce nom. Je suis encore plus indignée par la façon dont certains professionnels reçoivent mes « compatriotes », par la façon dont certains sont écartés sur la base d’arguments d’un autre âge (pour ne pas dire complètement stupides).

Avoir eu la chance d’avoir accès à une équipe sérieuse et à un bilan complet rend encore plus vive l’envie de faire bouger les choses, pour que chacun de ceux qui se posent des questions puissent avoir – enfin – une VRAIE réponse.

Mots-clefs :

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Habitualinvasio47 |
Parclashofclans |
Smilesoga |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Laviedesmammiferes
| Strange's Story
| Lesconseillenasrine